Migration diurne

Il y a longtemps que l’expression «at the end of the day» est passée dans les mœurs chez les anglophones. Sa définition ? Selon le dictionnaire qui accompagne les ordinateurs Apple : «when everything is taken into consideration». Sa traduction ? Tout bien considéré, donc : «en tenant compte de tous les aspects de la question» (le Petit Robert, édition numérique de 2010).

Le député libéral Jean-Marc Fournier, au micro de René Homier-Roy (C’est bien meilleur le matin, Radio-Canada, Montréal), le 6 septembre, «traduisait», lui, littéralement : «à la fin du jour». @PimpetteDunoyer, qui a signalé ce calque à l’Oreille tendue, le décrit comme un «anglicisme poétique».

Sur les ondes de la chaîne de télévision TVA, le soir du 22 août, Pauline Marois, la chef du Parti québécois, qui n’était pas encore la première ministre du Québec, croisait le fer avec François Legault, de la Coalition avenir Québec. Vers la fin de leur face-à-face, elle a employé un «à la fin de la journée», immédiatement suivi de «comme disent les anglophones».

Ce n’était guère mieux que la formule de Jean-Marc Fournier, mais, au moins, Pauline Marois savait qu’elle empruntait à l’anglais, langue qui lui donne, par ailleurs, le mal que l’on sait. C’est toujours ça de pris.

P.-S. — Il était question l’autre jour des détestations linguistiques des uns et des autres. En 2004, selon un sondage réalisé auprès de 5000 personnes dans 70 pays, «at the end of the day» était «la phrase la plus irritante de la langue anglaise» («the most irritating phrase in the English language»).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*