Divergences transatlantiques 028

L’Oreille tendue s’intéresse à la langue du hockey.

Pour désigner le bagarreur, les expressions n’y manquent pas : armoire à glace, dur à cuire, homme fort, policier, matamore, gorille, batailleur, goon, bully (et donc boulé dans la langue de Pierre Bouchard, ex-justicier des Canadiens de Montréal). Par euphémisme, on dit parfois joueur robuste ou fougueux, gros bonhomme ou encore gros gaillard.

On dit aussi taupin : la créature humaine qui répond à ce nom est réputée plus forte, plus solidement bâtie, que la moyenne de ses congénères.

Le taupin québécois n’est donc ni un «Soldat qui pose des mines sous terre», ni un coléoptère, ni un «Élève qui se prépare à Polytechnique» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

Il ne faut pas confondre, surtout pas sur la glace.

P.-S. — Y a-t-il plus imposant qu’un taupin ? Évidemment : c’est le méchant taupin.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “Divergences transatlantiques 028”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*