Langue de campagne (29) : la pensée historique de Philippe Couillard

«Ce n’est pas une mauvaise chose pour les politiciens en vogue,
il y a longtemps qu’ils grenouillent pour qu’on ne parle,
avec gros bon sens, que des vraies affaires.»
Raymond Bock

Le 5 décembre 2012, Philippe Couillard, qui était alors candidat à la direction du Parti libéral du Québec et qui en est devenu le chef depuis, signait, dans le quotidien le Devoir, un plaidoyer intitulé «Revenir aux sources de l’idée libérale. Les libéraux ont oublié qui ils sont. Pour se redéfinir, il leur faut plonger profondément dans leurs racines, jusqu’aux patriotes et à Wilfrid Laurier, entre autres» (p. A9). Il y défendait la tradition libérale en l’inscrivant dans l’histoire.

Le slogan de son parti dans l’actuelle campagne électorale, «Ensemble, on s’occupe des vraies affaires», témoigne d’un même attachement au passé. En effet, les vraies affaires — quoi que ce soit — ne datent pas d’hier.

«Les vraies affaires, ça presse !» (le Devoir, 25 janvier 2012, p. A7).

«Il y a tellement de vraies affaires dans cette vie que c’en est étourdissant» (le Devoir, 9-10 novembre 2002).

«La “vraie vie”, le “vrai monde”, les “vraies affaires”» (le Devoir, 19 février 2002).

«Il y a les discours officiels et il y a les vraies affaires» (la Presse, 19 août 2001).

«Évaluer et contrôler les vraies affaires» (le Devoir, 8 novembre 2000).

Les vraies affaires ne sont pas seules dans le c(h)amp de la vérité.

«Parlons des vraies choses, M. Bolduc» (la Presse, 30 septembre 2010, p. A10).

«Sauf que, parfois, pour se dire les vraies choses, on a besoin d’une table avec vue imprenable sur la ville, un service impeccable et une carte raffinée» (Matamore no 29, 2008, p. 139).

«L’ADQ est le seul parti à s’occuper des affaires du vrai monde, selon Mario Dumont» (le Devoir, 28 février 2007, p. A2).

«Déjà à ce moment, raconte-t-il, j’étais allergique à la psychologie moumoune et bourgeoise, genre ma femme ne m’aime pas, mon père m’a fucké, je suis angoissé, etc. C’est pour cela que je me suis éventuellement tourné vers les nouveau-nés en difficulté ou handicapés : vers le vrai monde qui vivait de vrais drames» (la Presse, 21 décembre 2003).

«On parle-tu des vraies choses ?» (la Presse, 26 novembre 2003)

«Le Bloc veut parler des vraies choses» (la Presse, 4 avril 2003).

«Simon Durivage : comment aller chercher le “vrai fond” des gens» (la Presse, 8 septembre 2000).

Saluons la constance historicolinguistique du PLQ.

Références

Bock, Raymond, «Mélange de quelques-uns de mes préjugés», Liberté, 295 (53, 3), avril 2012, p. 7-15. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte074/66333ac.pdf>.

Farah, Alain, Matamore no 29. Mœurs de province, Montréal, Le Quartanier, 2008, 208 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Langue de campagne (29) : la pensée historique de Philippe Couillard”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*