Accouplements 30

«Parlez ici devant l’hygiaphone»

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le Belge Jean-Marie Klinkenberg s’intéresse depuis (au moins) le début des années 1990 à l’hygiaphone :

j’ai toujours admiré la petite mention, ératépiste elle aussi [de la RATP], m’enjoignant de «parler dans l’hygiaphone». Comme si je pouvais communiquer avec le préposé autrement que par ces petits trous, dont j’apprends le nom, du coup ! Et comme si, à moins d’avoir une imagination vraiment perverse, je pouvais faire autre chose avec cet instrument que d’aller au-delà de lui par la parole ! Je soupçonne fort une telle inscription, sans fin pratique réelle, de n’avoir d’autre rôle que de rappeler sans cesse le règne bigbrotheresque de l’écrit parmi nous (éd. de 2015, p. 168).

Une décennie plus tôt, le Québécois Jean Larose ouvrait précisément son dialogue entre «L’écrit» et «L’oral» sur le même appareil. Le premier est un brin guindé :

Pas un mot n’atteindra le guichetier du métropolitain, dans sa guérite climatisée, qu’il n’ait subi la chicane d’un étrange filtre. Comment le décrire ? L’ouverture désignée au commerce des voix, afin de garantir l’employé d’une infection, fut ménagée en zigzag, de manière que le seul son touche l’oreille laborieuse, l’air de millions de souffles peut-être pas sains se heurtant au bouclier de plexiglas, marqué, au-dessus d’une flèche impérieuse : «Parlez ici, devant l’hygiaphone» (éd. de 1984, p. 95-96).

Le second devisant est plus direct :

c’est français typique comme invention. Maniaque au coton, dans le genre bouche en cul de poule. La flèche ben autoritaire, puis l’ordre : «Parlez law, pis jusse law» (éd. de 1984, p. 96).

Savoir où parler n’irait pas de soi ? Avons-nous toujours besoin de filtres ? De prescriptions ?

Références

Klinkenberg, Jean-Marie, «Le français : une langue en crise ?», dans le Français en débat, Bruxelles, Communauté française, Service de la langue française, coll. «Français et société», 4, 1992, p. 24-45. Repris dans Études françaises, 29, 1, printemps 1993, p. 171-190, dans Jean-Marie Klinkenberg, la Langue et le citoyen. Pour une autre politique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, coll. «La politique éclatée», 2001, p. 98-122 et dans la Langue dans la Cité. Vivre et penser l’équité culturelle, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015, p. 153-179.

Larose, Jean, «Frais de représentation», Liberté, 138 (26, 3), novembre-décembre 1981, p. 65-87. Repris sous le titre «Frais de représentation. Du Québec et de la France» dans la Petite Noirceur, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1984, p. 95-117. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1457787/60327ac.pdf>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*