Le zeugme du dimanche matin et de Joël Dicker

Joël Dicker, la Vérité sur l’Affaire Henri Quebert, 2012, couverture

«À cet instant, Jenny redescendit en larmes, en petite culotte et seins nus, expliquant entre deux sanglots qu’elle allait tout annuler parle que c’était trop pour elle.»

Joël Dicker, la Vérité sur l’Affaire Henri Quebert, Paris, Éditions de Fallois / L’Âge d’Homme, 2012, 663 p., p. 176.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*