Excellente question

L’an dernier, l’Oreille tendue publiait un livre, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue). Il y a quelques semaines, Marc Cassivi faisait paraître Mauvaise langue. Sur le site de la revue Argument, Jean Delisle, professeur émérite à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa, rend compte des deux ouvrages. Il a des reproches, et plusieurs, à leur adresser. (L’Oreille tendue ne partage pas ces reproches. Marc Cassivi non plus.)

À un moment, il pose une excellente question :

Combien d’étudiants québécois ne vont pas poursuivre leurs études en France parce qu’ils se sentent linguistiquement complexés ? Combien préfèrent étudier dans des manuels anglais, de crainte de ne pas comprendre la terminologie française ? Combien sont gênés d’écrire un simple courriel parce qu’ils savent que leur message sera truffé de fautes ? Combien sont incapables d’écrire une lettre pour revendiquer des droits ? Combien sont gênés de parler français devant un auditoire ? Combien remettent leurs travaux en anglais ou vont au cégep anglais, par insécurité linguistique ? Combien en Ontario abdiquent et s’assimilent, s’estimant incapables de parler convenablement la langue de leurs parents ? Combien choisissent les écoles anglaises pour la même raison ?

Oui, en effet : combien ?

Références

Cassivi, Marc, Mauvaise langue, Montréal, Somme toute, 2016, 101 p.

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

Benoît Melançon, Le niveau baisse !, 2015, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*