Accouplements 51

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Il y a vingt ans, l’Oreille tendue publiait un article sur la fornication dans les moyens de transport au Siècle des lumières (surtout). Son titre était un emprunt à Marcel Proust : «Faire catleya au XVIIIe siècle».

On apprend aujourd’hui, par le journal The Gazette, que deux membres du Service de police de la ville de Montréal viennent d’être suspendus pour avoir «fraternisé» avec des personnes de l’autre sexe dans leur voiture de patrouille il y a deux ans.

Gustave Flaubert, lui, aurait peut-être plutôt parlé, comme dans Madame Bovary, de «fureur de la locomotion».

Référence

Melançon, Benoît, «Faire catleya au XVIIIe siècle», Études françaises, 32, 2, automne 1996, p. 65-81. URL : <http://www.erudit.org/revue/etudfr/1996/v32/n2/036026ar.pdf>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Accouplements 51”

  1. Le fiacre d’Emma et de Léon était en pleine course, tiré par «deux rosses tout en sueur». Si je comprends bien, la voiture de la police était à l’arrêt. Les policiers auraient dû se mettre en marche, et tirer les rideaux, pour échapper aux dénonciateurs. On ne relit jamais assez Madame Bovary…
    Yvan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *