Les zeugmes du dimanche matin et de Pierre Michon

Pierre Michon, Vies minuscules, 1984, couverture«La petite église de Borinage se referma sur nous tous, sur son latin, sur ses chaises remuées quand on se lève, qu’on se rassied, sur ses déambulations bizarres, son grand froid et ses petits objets d’or, sur son Dies Irae qui est chaque jour» (p. 134-135).

«Puis, ce dernier jour, mon visage était encore déformé par la blessure, je craignis d’être défiguré; je rudoyai Marianne qui tâchait tendrement de me rassurer; j’emportai, avec un vague courroux, le Gilles de Rais, la vision des grands arbres encore, et le silence du père Foucault» (p. 159).

Pierre Michon, Vies minuscules, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 2895, 1984, 249 p.

P.-S. — Ce ne sont ni les premiers zeugmes de ce livre ni de cet auteur (voyez ici).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*