L’oreille tendue de… Gustave Flaubert

Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, 1966, couverture

«À force de tendre l’oreille, on crut distinguer des craquements de bois.»

Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chronologie et préface par Jacques Suffel, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 103, 1966, 378 p., p. 218.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “L’oreille tendue de… Gustave Flaubert”

  1. L’oreille tendue d’Antoine Compagnon:

    « Aujourd’hui, quand je prends le métro sur la ligne 13 pour me rendre vers la rive gauche et que j’entends les jeunes gens et les jeunes filles qui descendent de Saint-Denis, j’ai la même impression d’un mystère dont je suis exclu. Je tendais l’oreille, me demandant s’il me faudrait m’initier à leur idiome comme j’avais appris l’anglais en arrivant à Washington, quelques années plus tôt. »

    Antoine Compagnon, La classe de rhéto, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2012, p. 20-21.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*