Le Monde parle hockey

Antony Hernandez, «Rondelle, prison, blanchissage», le Monde, mai 2017Championnat du monde oblige, le quotidien français le Monde consacre un article à ce que l’Oreille tendue appelle la langue de puck. Dans «Rondelle, prison, blanchissage… comprendre le hockey sur glace», un «guide non exhaustif […] pour les néophytes», Antony Hernandez explique à la fois le fonctionnement du jeu et présente les mots pour le décrire, illustrations à l’appui.

Il n’y a rien dans son article qui puisse faire hurler l’amateur de hockey québécois, mais on peut néanmoins y trouver à redire.

Par exemple, le titre évoque la «rondelle», mais le texte ne parle que de «palet». (Merci à @SteveRoyer1.)

Parler de «joueur de champ» pour désigner les attaquants et les défenseurs est étonnant, de même que le fait de dire «bloc» à propos des «unités» de cinq joueurs, à l’exclusion du gardien («Une équipe de hockey est composée de quatre lignes ou blocs de cinq joueurs de champ»).

Surtout, le journaliste ne fait à peu près aucune place au vocabulaire du hockey en français québécois. Il n’y a que trois exceptions, les paires «crosse» / «bâton», «vestiaire» / «chambre» et «break away» / «échappée».

Ne connaissant pas ce vocabulaire, le journaliste ne peut pas savoir, contrairement à ce qu’il écrit, qu’il existe des expressions pour «slap shot» («tir frappé»), «one timer» («tir sur réception») et «penalty killing» («infériorité numérique»). «On n’utilise que le mot power play» («supériorité» ou «avantage numérique») ? Peut-être en France, mais pas de ce côté de l’Atlantique.

«Face-off» paraît être préféré à «engagement»; la «mise au jeu» n’est pas évoquée. Le «penalty» du Monde serait un «tir de pénalité» au Québec.

C’est encore l’attirance pour l’anglais qui transforme le Québécois Luc Tardif en «Luc Tardiff» (avec double f, comme dans Cardiff).

Ce n’est pas la première fois qu’un Français préférera un lexique anglais à un lexique français.

P.-S. — «Le hockey sur glace a été inventé au Canada au milieu des années 1870 à Montréal» ? Ça se discute.

P.-P.-S. — Dans la phrase «Lorsque l’on connaît les liens ténus entre le hockey français et le Québec — le président de la Fédération française s’appelle par exemple Luc Tardiff et est québecois [sic] — il est tout à fait normal que des mots ou des expressions typiques de la Belle Province soient employés en France», on se demande bien ce que le mot «ténus» fait là.

P.-P.-P.-S. — «Tabernacle» ? Non. Non. Non.

P.-P.-P.-P.-S. — Merci au lecteur qui a fait découvrir cet article du Monde à l’Oreille.

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*