Les zeugmes du dimanche matin et de Pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre, Couleurs de l’incendie, 2018, couverture«Cet accident inimaginable qui allait plonger une mère dans le désespoir, la famille dans la stupéfaction et l’assistance entière dans la plus profonde compassion.»

«Cette femme brève de seins, de fesses et d’esprit considérait Charles comme un être prodigieux.»

«Paul demanda de l’eau. Sa mère lui apporta un verre, reprit sa place et les mains de son fils.»

«Il était à Paris pendant les journées d’août 1944, il ne quitta pas son fauteuil, sa fenêtre et son fusil pendant près de soixante-douze heures.»

«Il se consacra à la publicité, créa l’agence Péricourt, épousa Gloria Fenwick, héritière d’une agence américaine concurrente, alla s’installer à New York, revint à Paris, fit des enfants, des profits et des slogans, il était très fort dans ce domaine.»

Pierre Lemaitre, Couleurs de l’incendie, Paris, Albin Michel, 2018. Édition numérique : iBooks.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*