Résister, ou pas

Michel Tremblay, Conversations avec un enfant curieux, 2016, couvertureSoit les deux phrases suivantes, tirées des Conversations avec un enfant curieux, de Michel Tremblay (2016) :

Pis va aussi demander à ta grand-mère pourquoi a’l’ a une tête de cochon comme ça ! J’y demande un petit service, a’ se trompe, pis a’ veut pas réparer son erreur ! C’est-tu de la paresse ou ben donc du buckage ? (p. 14)

Pis au lieu de résister, au lieu de bucker comme dirait ta tante Bartine, commence à accepter que tu vas vieillir comme tout le monde (p. 148).

Dans le français populaire québécois, qui bucke, est bucké ou se prête au buckage fait preuve de résistance, d’entêtement. Le mot semble venir directement du verbe anglais to buck (oppose, resist).

Ce type de comportement n’est guère recommandable. Tenez-vous-le pour dit.

P.-S.—Dans le règne animal, si l’on en croit Léandre Bergeron, bucké, «pron. boqué», aurait rétif pour synonyme (1981, p. 74).

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Tremblay, Michel, Conversations avec un enfant curieux. Instantanés, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, 2016, 148 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*