Les zeugmes du dimanche matin et de Frédéric Beigbeder

Frédéric Beigbeder, Une vie sans fin, 2018, couverture«J’étais nul en maths et en vieillesse.»

«On parlait beaucoup en faisant l’amour entre deux wagons et deux pays.»

«J’étais peut-être dans un trou noir avec mes divorces et mes émissions de télé.»

«Léonore nous attendait à l’aéroport de Newark avec un sac de meringues helvétiques et ses épaules nues. Elle tenait dans ses bras un bébé équipé d’un casque de cheveux jaune poussin, de deux yeux bleus sur un sourire aux dents écartées, et d’une robe verte trop petite.»

Frédéric Beigbeder, Une vie sans fin, Paris, Grasset, 2018, 360 p. Édition numérique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*