Le zeugme du dimanche matin et de Tahar Ben Jelloun

Tahar Ben Jelloun, l’Insomnie, 2019, couverture

«Je suis prêt. J’ai les traits tirés mais ne porte pas de chapeau ni de revolver. Je suis un figurant dans un film en noir et blanc qui se serait trompé d’époque, de pays et de ciel.»

Tahar Ben Jelloun, l’Insomnie, Paris, Gallimard, 2019, 272 p. Édition numérique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*