Les zeugmes du dimanche matin et de Philippe Claudel

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, 2018, couverture«Il ôta de son nez ses lunettes épaisses et troubles qui lui faisaient un regard de rouget perdu dans un aquarium aux parois verdies par les algues, puis se mit à les essuyer lentement avec un pan de sa soutane qui sentait le camphre et le long célibat» (p. 35).

«Deux vieilles avaient quitté l’église dans un fracas de chaises. L’une d’elles avait même dénoncé le curé et ses propos sacrilèges à l’évêque dans un courrier encombré de fautes et d’eau bénite» (p. 98).

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, Paris, Stock, coll. «La bleue», 2018, 288 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*