L’oreille tendue de… Françoise Major

Françoise Major, le Nombril de la lune, 2018, couverture

«À quelques mètres, un drapeau à l’effigie du pape, différent de celui qu’elles avaient déjà, titillait son âme de collectionneuse. L’enfant partit en quête du vendeur pour satisfaire la volonté maternelle, pendant que le soliloque déviait vers le réconfort, l’éclaircissement que procurait une vie dans la Vérité, “… de la tristesse pour ceux qui s’y refusent, de la tristesse, oui, ils n’auraient qu’à tendre l’oreille, ouvrir les yeux et le cœur à la parole de Dieu, ay sí, pobrecitos”.»

Françoise Major, le Nombril de la lune. Nouvelles, Montréal, Le Cheval d’août, 2018, 276 p., p. 44-45.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 7 janvier 2019.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*