Sauver le mononc’ ?

T-shirt d’Horacio Arruda, Mercerie Roger, Montréal, 2020

Malgré les valeureux efforts de Fabien Cloutier, le mononcle n’a pas bonne presse au Québec. Il en a été question longuement ici.

Nouvel exemple, dans la Presse+ du jour, de la dépréciation de cette figure au Québec : «Le hockey, c’est un sport de mononcles.»

Comme à beaucoup de règles, il existe des exceptions à celle-là. Soit la citation suivante, tirée de la Voix de l’Est : «Si François Legault est notre père de famille collectif en ces temps difficiles, le Dr Arruda, lui, est notre “mononcle funky”.»

Le directeur national de la Santé publique du Québec serait un «mononcle» — ce qui n’est généralement pas un compliment —, mais «funky». Sauvé par un adjectif !

P.-S.—Merci à Hugues Bélanger pour le tuyau.

Illustration : Mercerie Roger

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*