L’oreille tendue de… Monique Proulx

Monique Proulx, les Aurores montréales, éd. de 2016, couverture

«Sa voix est si basse et déprimée qu’il doit tendre l’oreille exagérément pour entendre ce qu’elle dit.»

Monique Proulx, les Aurores montréales. Nouvelles, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 85, 2016 (1996), 238 p., p. 121.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp