Le jovialisme en mutation ?

On connaissait déjà jovialisme et jovialiste.

En 2004, dans leur Dictionnaire québécois instantané, l’Oreille tendue et Pierre Popovic, à jovialisme, jovialiste, écrivaient ceci :

Variante québécoise de l’épicurisme, prêchée par le «philosophe» André Moreau. Prend une extension de plus en plus large. «La vision “jovialiste” de Landry consterne Parizeau» (le Devoir, 9 juin 2000). «La nouvelle proposition libérale : du “jovialisme constitutionnel”, selon Facal» (la Presse, 18 janvier 2001). «Véritable boursouflure d’orgueil, le jovialiste beurre tellement épais […]» (le Devoir, 16-17 juin 2001).

On était donc passé d’une conception du jovialisme comme revendication du plaisir à un sens proche de déni de la réalité. Autre exemple, qui confirme ce glissement : «À la moindre indication que les prévisions financières de Loto-Québec sont jovialistes, le projet du bassin Peel devrait être abandonné» (la Presse, 23 février 2006, p. A22).

On découvre maintenant néo-jovialisme et néo-jovialiste.

Dans la Presse du 27 janvier, Alain Dubuc s’en prend à un récent ouvrage de Jean-François Lisée, Comment mettre la droite K.-O. en 15 arguments. Le titre de son article ? «Les méfaits du néo-jovialisme» (p. A19). Que reproche (notamment) Dubuc à Lisée ? «Cela a entraîné mon collègue dans une croisade néo-jovialiste dont ce pamphlet est l’aboutissement.»

Voilà qui fait naître une question : néo par rapport à quoi ? À Moreau ? Au sens dérivé des mots jovialisme et jovialiste ? En sommes-nous à la première ou à la deuxième mutation ?

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : on n’arrête pas le progrès.

Références

Lisée, Jean-François, Comment mettre la droite K.-O. en 15 arguments, Montréal, Stanké, 2012, 150 p. Ill.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Le jovialisme en mutation ?”

  1. Mon sentiment est que tous les ploutocrates du Québec se sont concertés pour faire de la désinformation à propos du Jovialisme. Ils ont laissé parler Moreau dans les médias pendant plus de 20 ans car ça leur était profitable mais quand ils ont enfin compris que le Jovialisme est dangereux pour eux ils ont envoyé l’alerte, ont cessé de l’inviter et ont commencé cette campagne de désinformation dont vous parlez dans cet article.

    Toutefois il y a bien une vague de néo-jovialisme qui commence à émerger. Je parle ici d’un vrai néo-jovialisme et non d’une réduction oiseuse dans le sens d’un déni de la réalité.

    La première vague jovialiste a eu lieu entre 1970 et 1990. Le Mouvement Jovialiste, qui était un OSBL, a cessé d’exister officiellement en 1990. Ce fut la débandade, les jovialistes ont cessé d’être solidaires et sont retourné à leur occupations un peu comme les hippies sont devenu des yuppies. Puis peu après Julie Snider est venu donner le coup de grâce avec la fameuse entrevue d’André Moreau au Point J (Il est maintenant évident à quel point ce fut un coup monté puisque son amoureux n’est rien de moins que le richissime Péladeau)

    André Moreau a perçu l’arrivé des néo-jovialiste en 2005. Il a d’ailleurs intitulé le tome 19 de son Journal d’un Démiurge : Le Néojovialisme (2005). Les néo-jovialiste sont des gens comme moi qui sont trop jeunes pour avoir connu Moreau à son époque glorieuse et qui n’ont donc pas de préjugé envers sa philosophie. J’ai abordé l’étude du Jovialisme sous l’angle d’un système profond et génial et non d’un farce menant à des orgies.

    En ce sens je préfère me définir comme un néo-jovialiste afin de prendre un distance des jovialistes des années 1970-1990 avec qui je ne semble rien avoir en commun selon les dires de Moreau lui-même.

    Si vous vous intérogez vraiment à propos du jovialisme, je vous invite à voir par vous-même qui sont néo-jovialistes : https://jovialiste.com
    et l’hommage que nous avons rendu à Moreau sur http://andremoreau.info

    Au plaisir

    Nicolas Lehoux
    Président du Mouvement jovialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*