De Twitter comme observatoire linguistique

Parmi les nombreux usages de Twitter, celui-ci : se faire rappeler que la langue, et notamment la populaire, a bougé, bouge et continue de bouger.

Pour la seule journée d’hier…

Comment appeler la région qui entoure Montréal, et ses habitants ? Le(s) 450, comme dans «L’appel du 450».

Qu’est-ce qui est plus facile que le facile ? Le «fullfaf».

D’où vient cette expression ? De full, bien sûr : «J’aime full ta photo d’araignée-sorcière.»

On peut facilement utiliser full avec songé (qui a l’apparence, et parfois seulement l’apparence, de la profondeur) : «La politisation de la police au Québec. Version songée […] et version qui fesse.» Pour fesser (frapper fort), full risquerait d’être pléonastique.

Vous en avez marre de tout ça ? Gare à la montée de lait : «Ma loooongue montée de lait devant le bal des hypocrites SPVM/SQ/Dutil\DPCP.»

Vous vous mettez à utiliser des gros mots ? «[O]sti d’église à marde #gomezEtCHquigagne.»

Vous voulez détruire des formules religieuses ? «Je me permets de scraper la 1ere partie au nom de mon athéisme et de mon rationalisme post-Lumières.»

Vous refusez de rester figé dans le passé ? «[J]’allais pas rester staulée en d’anciennes époques?!»

Ce serait le signe que vous vous énarvez : «Le yoga, la méditation, l’“énergie”, la détente, la relaxation, toutes ces choses, ça m’énarve.»

Pour vous calmer, écoutez une toune. Vous serez en bonne compagnie : «j’aimais la toune, mais j’aime bien le clip !»; «Toujours hâte à la toune de @AndreRoy36 au @5a7RDS du jeudi»; «Ai entendu la toune de StarAc dans le taxi.»

Ou enfourchez votre vélo pour une ride : «Idyllique ride #veloboulot.»

Ou souvenez-vous de vos premier béguins : «Bianca de #USPP fut un de mes premiers kik d’adolescence.»

Ou riez : «Relire ce tweet. Être crampée.»

Ou soyez ému par un beau but, au risque de passer pour une mauviette : «Viens de voir le but de #Gomez. Traitez-moi de moumoune, mais l’accolade virile qui a suivi n’était pas sans beauté.»

Ou roulez un patin à quelqu’un que vous trouvez mignon : «tu pourras frencher Woody mon p’tit coco cute d’amour si t’es douce avec tes mains pis toute.»

Ça vous changera, du moins dans les médias, de ces articles hargneux que sont les jobs de bras : «Tanné de lire des articles de jobs de bras.»

Ou des publicités nulles : «Une pub poche avec Mr Shamwow à Télé-Québec.»

Est-ce que l’article suivant relève de cette catégorie ? «Francine Pelletier reprend sa plume ! heureuse nouvelle ! Cœur de pitoune http://huff.to/ysnUiF.» Vous pouvez y aller voir.

P.-S. — Sur Twitter, il y a même de la place pour les puristes : «On emploie généralement l’adjectif “second” quand il n’y a que deux éléments. Sinon on dira plutôt “deuxième”.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “De Twitter comme observatoire linguistique”

  1. Merci, l’Oreille tendue. Car à lire ce qui s’écrit sur ce média social (à part les deux dernières entrées), j’obtiens de bons arguments de plus pour ne pas m’en servir.

    Jean-Claude Parent

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*