Les zeugmes du dimanche matin

Charles Bolduc, les Truites à mains nues, 2012, couverture«Elle pinçait les lèvres d’un air équivoque, replaçait ses lunettes et son image de soi […]» (p. 9).

«À côté de moi, à l’arrière, est assise une fille à la voix portante qui a un baccalauréat en traduction, un tatouage à la naissance du cou et de la monnaie pour le café» (p. 89).

«Les vannes et la rue avaient rapidement été fermées […]» (p. 121).

«On a oublié son âge, ses clés, la Saint-Valentin, sept années sur dix d’aller chez le dentiste» (p. 134).

P.-S. — Le troisième exemple complique un brin la définition habituelle du zeugme.

Charles Bolduc, les Truites à mains nues, Montréal, Leméac, 2012, 139 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Les zeugmes du dimanche matin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*