Divergences transatlantiques 020

Soit la citation suivante, tirée de «Le voleur et le roi», de Pierre Lefevbre :

Comme beaucoup de personnages qui peuplent la mythologie grecque, le roi Midas n’est plus tellement une référence aujourd’hui. C’est dommage, surtout que son histoire commence par une brosse. Une vraie, une grosse (p. 55-56).

Qu’est-ce que cette brosse qui serait à l’origine d’un mythe grec ? S’agit-il d’une variété de celles dont parle le Petit Robert (édition numérique de 2010) ?

1. Ustensile de nettoyage, formé d’un assemblage de filaments (poils, fibres végétales ou synthétiques, fils métalliques) fixés sur une monture perpendiculaire.

2. Pinceau de peintre.

3. Balai.

4. Rangées de poils sur les pattes ou le torse de certains insectes (notamment pour recueillir le pollen).

Que nenni. Revenons au texte de Pierre Lefebvre :

C’est Silène, un satyre, un soûlon, le père adoptif de Dionysos qui la prend (p. 56).

Récapitulons : on prend une brosse; cela arrive à un soûlon. Voilà la clé de l’affaire : qui prend une brosse, donc, s’enivre. Même chez les Grecs.

Référence

Lefebvre, Pierre, «Le voleur et le roi. Troisième confession d’un cassé», Liberté, 295 (53, 3), avril 2012, p. 48-59. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte074/66337ac.pdf>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*