Le zeugme du dimanche matin et de Martin Gagnon

Martin Gagnon, les Effets pervers, 2013, couverture«On voyait partout un tas de voitures stationnées de travers, coincées à mort entre de monstrueux bancs de neige que les citoyens foraient frénétiquement à coups de pelles et de crises cardiaques.»

Martin Gagnon, les Effets pervers, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 68, 2013, 147 p., p. 69.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*