Tout tout proche

L’Oreille tendue ne manque jamais une occasion de le dire : ses lecteurs ont l’oreille tendue.

L’un d’eux, lisant Pierre Foglia dans la Presse, remarque l’expression de proximité.

Il se passe quelque chose et je ne parle plus ici d’édition. Je parle d’un changement qui va pas mal plus loin que le bio. Un intérêt, les 10 000 exemplaires en témoignent, pour une agriculture différente, de proximité, notamment dans la grande couronne de Montréal, sur des petites surfaces, sans machinerie lourde, une autre idée d’envisager le territoire, même une autre façon de remuer le sol, en surface sans en bouleverser la structure chaque fois… (1er juin 2013).

Ce lecteur ne s’arrête pas en chemin et il multiplie les exemples :

De quoi s’occupent donc les municipalités ? De questions bien concrètes et terre-à-terre comme la circulation, le transport public, le déneigement, la cueillette des ordures, les services de proximité sportifs et culturels (la Presse, 28 mai 2013, p. A17).

Le maire «fait le trottoir» régulièrement et pratique une politique de proximité. Lui-même locataire — pas les moyens d’acheter dans son propre fief —, il vit sur le Plateau depuis une quinzaine d’années et y pédale dix mois par année (le Devoir, 3 mai 2013, p. B10).

Les deux équipes ont joué un hockey de proximité en 2e période, avec comme résultat que chacune marque une fois, de telle sorte que la situation au tableau principal ne change pas, les locaux gardant leur priorité de deux buts après 40 minutes de jeu (l’Avantage, 3 décembre 2010).

Bruno [Roy] s’est créé des parents après les avoir trouvés… une mère d’amour de proximité, un père qu’il a choisi et à partir duquel il a façonné son destin d’écrivain (le Devoir, 18 janvier 2010, p. A7).

Il serait également nécessaire de favoriser une médecine de proximité en offrant davantage de services à domicile (le Devoir, 5 novembre 2007, p. A3).

Le milieu est d’autant plus convivial que les aînés et les enfants ont le loisir de profiter des lieux et des rues sans limite et avec l’usage, un urbanisme de proximité s’installe pour assurer une meilleure sécurité (la Tribune, 26 septembre 2005, p. A10).

Tout cela est probant. Danger : cliché.

P.-S. — Ce n’est pas pour se vanter, mais l’Oreille avait déjà un exemple dans sa sébile : «Vers un terrorisme de proximité ?» (le Devoir, 25-26 mai 2013, p. B1). On n’est jamais mieux servi que par ses proches.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Tout tout proche”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*