Décomposition de l’argumentation

Au Québec, parmi les arguments qui constituent un raisonnement, le point est fondamental.

On espère toujours qu’il soit bon.

«“@LavoieRenaud: Patrick Roy porte des cravates @Burberry depuis le début de la saison. Ça semble lui porter chance. #avalanche” Bon point» (@guidoustonge).

Qui a un point qui paraît convaincant est réputé le tenir.

«Vous tenez un point important» (site de Radio-Canada).

Bien qu’il soit, par nature, idéel, on peut le soulever ou le toucher.

«On a d’autres débats importants à tenir. Je pense que Mme Benhabib n’aurait pas dû soulever ce point-là» (le Nouvelliste, 24 août 2012).

«Elle touche un point» (le Devoir, 6 septembre 2013, p. B1).

Sans lui, pas de débat possible : un point répond à l’autre, son semblable, son frère.

Remarque historicolinguisticogéographique

L’emploi de point au sens de partie d’une argumentation n’est pas nouveau. Lisez, par exemple et au hasard, tel texte du père Berthier dans le Journal de Trévoux de mars 1752 : «En plusieurs endroits la Religion n’a point été respectée : sur quoi nous prions sincèrement tous ceux qui mettent la main à cet ouvrage, d’être infiniment circonspect sur un point de si grande importance» (p. 468). La fréquence de son emploi, dans le Québec d’aujourd’hui, mérite, elle, d’être soulignée.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*