Histoire de cravates

Oreille encravatée

Benoît Melançon, «Autoportrait à la cravate, 28 XI 12»,
détail (collection particulière)

Les abonnés de son compte Twitter (@AMBeaudoinB) et les lecteurs de son blogue (En tous cas…) connaissent la théorie de la cravate d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin. Dans la Langue rapaillée. Combattre l’insécurité linguistique des Québécois, l’essai qu’elle vient de faire paraître chez Somme toute, elle l’évoque de nouveau :

Car prétendre que les règles du registre soigné sont pertinentes dans toutes les situations, c’est prétendre que la cravate est toujours nécessaire. Or, parfois, on ne met pas de cravate. Et même, parfois, pour prendre position, pour donner de la force à son image, on peut, consciemment, mettre sa cravate à l’envers […] (p. 51-52).

Autrement dit : mettre sa cravate, ne pas la mettre ou la mettre à l’envers, ces trois gestes supposent que l’on sache ce que chacun représente dans une situation donnée, que l’on connaisse les règles du jeu, que l’on puisse faire jouer sa liberté en toute connaissance de cause.

En matière de langue, la situation n’est pas différente. Contre les essentialistes, Anne-Marie Beaudoin-Bégin ne cesse de répéter qu’il n’y a pas «UNE langue française», mais «DES langues françaises» (p. 48) et qu’il faut savoir, par exemple, à quel moment utiliser le registre familier et à quel moment utiliser le registre soigné : «Le registre soigné est essentiel, mais il n’est pas nécessaire dans toutes les situations sociales» (p. 51). Tout est affaire de contextes, d’autant que ces registres eux-mêmes ne sont pas des essences, figées une fois pour toutes dans le temps et dans l’espace, et qu’ils peuvent varier : «Il n’y a […] pas un seul registre soigné en français, mais bien plusieurs» (p. 35).

Cette maîtrise des contextes repose sur la possibilité de faire une série de distinctions, outre celle des registres. En matière de langue, il ne faut pas confondre l’approche descriptive et l’approche prescriptive (p. 16-18). La «norme linguistique» varie «d’un pays à l’autre (variation géographique), d’une classe à l’autre (variation socio-économique), d’une époque à l’autre (variation temporelle) et d’une situation de communication à l’autre (variation situationnelle)» (p. 21). Elle est une construction sociale : «les règles de la norme linguistique sont en fait des décisions sociales, conscientes ou non, et non pas des vérités absolues issues de la Langue» (p. 20). La langue, ce n’est pas l’écrit (p. 55-59). Tout cela est clairement présenté. La Langue rapaillée est un livre utile.

C’est parce que de telles distinctions ne sont pas toujours faites qu’il existe une forte insécurité linguistiques des Québécois,  voire une insécurité «toxique» (p. 14). Parlant une langue peu ouverte au néologisme et à la variation (p. 22), «une des langues les plus normées du monde» (p. 62), baignant dans un discours où la déploration règne depuis le milieu du XIXe siècle, s’interrogeant constamment sur leur identité et sur leur rapport à la France et au «français hexagonal» (passim), les Québécois seraient plus touchés que d’autres par cette insécurité. Leur «imaginaire linguistique» (p. 106) lui ferait une place centrale. Sur les moyens de contrer cette insécurité, Anne-Marie Beaudoin-Bégin prend souvent ses distances avec Marie-Éva de Villers, qui fait paraître ces jours-ci la sixième édition de son Multidictionnaire de la langue français, et Guy Bertrand, qui est premier conseiller linguistique à la Société Radio-Canada.

De façon plus générale, l’auteure rappelle qu’il n’existe pas de langue québécoise, mais un français québécois, avec ses caractéristiques et son histoire. (De façon assez cocasse, Samuel Archibald, dans sa préface [p. 7], et Ianik Marcil, dans sa postface [p. 111], parlent, eux, de «langue québécoise». C’est dire combien le sujet est délicat.) Ce français, il faut le décrire et le défendre : Anne-Marie Beaudoin-Bégin se décrit d’ailleurs comme une «farouche défenderesse du français d’ici» (p. 84). La Langue rapaillée, avec son titre qui rappelle Gaston Miron, est un plaidoyer, informé, pédagogique, appuyé sur nombre d’exemples, qui ne craint pas la polémique.

L’Oreille tendue, c’est sa nature, aime chinoiser. Est-ce bien Jean Charest qui a «inventé» le mot réingénierie (p. 22) ? Le mot ne lui aurait-il pas plutôt été soufflé par un de ses ministres, Pierre Reid, lui qui parlait, du temps où il était recteur de l’Université de Sherbrooke, en 1997, de «réingénierie pédagogique» ? Peut-on vraiment vraiment dire du français qu’il a été la lingua franca de l’Europe du XVIe siècle (p. 43) ou du XVIIIe siècle (p. 108), jusqu’au début (p. 43) ou au milieu du XXe siècle (p. 46) ? Les choses n’ont-elles pas changé bien plus tôt, dès que la Grande-Bretagne a imposé son pouvoir, d’abord militaire, puis industriel, à ceux qui vivaient outre Manche, les États-Unis prenant rapidement son relais pour mieux asseoir la domination de l’anglais, d’abord sur l’Europe puis bien au-delà ? L’Office de la langue française n’a pas attendu la Charte de la langue française de 1977 pour offrir des vocabulaires spécialisés en français (p. 45 n. 7); c’est, entre autres rôles, pour cela qu’il a été créé en 1961. Faudrait-il entendre qu’Alain Rey a inventé l’expression «honnête homme», cette création de la France du XVIIe siècle ? C’est ce que donnent à penser deux formulations (p. 57 et p. 77). Quand on dit se méfier des jugements de valeur en matière linguistique (p. 94), peut-on dire du Dictionnaire de la langue québécoise de Léandre Bergeron (1980) qu’il est «insignifiant» (p. 60) ? Une linguiste descriptiviste comme Anne-Marie Beaudoin-Bégin n’a-t-elle pas à chercher la signification de cet ouvrage ? (Non, pas du tout : l’Oreille tendue ne recommande pas ce dictionnaire. Cela étant, il fait partie du paysage linguistique québécois. Il importe donc de le décrire.) Jean-Paul Desbiens n’est pas «le premier» (p. 104), en 1960, à utiliser le mot joual pour désigner la langue supposée des Québécois; dès avril 1939, il se trouve dans les Pamphlets de Valdombre de Claude-Henri Grignon, que cite Lise Gauvin en 1974 (p. 113).

Ce sont là des questions de détail, qui ne sauraient affaiblir l’hypothèse forte qui soutient ce livre : la langue est à tous, mais cela exige une décrispation des discours tenus sur elle.

Références

Beaudoin-Bégin, Anne-Marie, la Langue rapaillée. Combattre l’insécurité linguistique des Québécois, Montréal, Somme toute, coll. «Identité», 2015, 115 p. Ill. Préface de Samuel Archibald. Postface de Ianik Marcil.

Gauvin, Lise, «Littérature et langue parlée au Québec», Études françaises, 10, 1, février 1974, p. 79-119. URL : <http://www.erudit.org/revue/etudfr/1974/v10/n1/036568ar.pdf>.

Villers, Marie-Éva de, Multidictionnaire de la langue française, Montréal, Québec Amérique, 2015 (sixième édition), xxvi/1855 p.

Anne-Marie, Beaudoin-Bégin, la Langue rapaillée, 2015, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Histoire de cravates”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*