Les zeugmes du dimanche matin et d’Éric Chevillard

Éric Chevillard, Juste ciel, 2015, couverture«Il n’avait pas signé de partenariat avec une entreprise de pompes funèbres pour la bonne conservation de ses ossements et la composition de la tapenade servie au cours du lunch suivant les obsèques» (p. 75).

«Les Frères de l’ordre de Saint-Maxence qui dirigeaient l’établissement où j’ai accompli ma scolarité cultivaient non seulement nos esprits impressionnables — irrémédiablement lésés par leur enseignement —, mais aussi un vaste potager qui jouxtait le cimetière où ils s’ensevelissaient quelques jours après leur trépas» (p. 105).

«Avant de perdre la mémoire, la raison et ma dernière dent, je suis mort» (p. 112).

Éric Chevillard, Juste ciel, Paris, Éditions de Minuit, 2015, 141 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*