Le zeugme du dimanche matin et de Gilles Marcotte

Gilles Marcotte, le Poids de Dieu, 1962, couverture«Il y a moins de six mois il était encore parmi les séminaristes, engouffrant avec la même componction la lecture spirituelle et le rôti, rêvant, entre le dessert et le café, d’une perfection qui serait dans le monde comme n’y étant pas…»

Gilles Marcotte, le Poids de Dieu, Paris, Flammarion, 1962, 218 p., p. 107.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*