Le zeugme du dimanche matin et de Jean-François Vilar

«La fuite de Varennes ne date que de quelques semaines et nul ne doute que Capet a trahi, sa propre parole et la Nation.»

Jean-François Vilar, les Fous de Chaillot, Paris, Éditions Baleine, coll. «Tourisme et polar», 1997, 25 p., p. 7.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *