Les zeugmes du dimanche matin et d’Éric Dupont

«Ces deux folles vont donc en métro et en secret au centre-ville […]» (p. 447).

«Elles finissent par prendre leur courage à deux mains — et une caisse enregistreuse — et brisent une porte de verre» (p. 447-448).

Éric Dupont, la Fiancée américaine, Montréal, Marchand de feuilles, 2015 (2012), 877 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *