Les zeugmes du dimanche matin et de San-Antonio

«Or c’est Sherlock Holmes qui m’ouvre, en chair, en os et en grande tenue» (p. 9).

«Il s’incline devant les conventions, la tombe du Soldat inconnu et l’intelligence de ses chefs» (p. 74).

San-Antonio, Salut, mon pope ! Roman spécial-police, Paris, Fleuve noir, coll. «S.A.», 25, 1974 (1966), 254 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *