Les zeugmes du dimanche matin et de Michael Delisle

Michael Delisle, le Palais de la fatigue, 2017, couverture«Pendant ce temps, les leçons particulières de son professeur peaufinaient son anglais et ses manières. […] C’est ainsi que George part pour Londres avec des souliers usés mais propres et une hâte teintée de dépit» (p. 109-110).

Michael Delisle, «Portage», dans le Palais de la fatigue. Nouvelles, Montréal, Boréal, 2017, 137 p., p. 93-125.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*