Mettre sa griffe

Signature biscuits, emballage

«L’objet de mode, en l’occurrence, importe peu.
Ce qui compte, c’est le nom, la griffe, la signature.»
Georges Perec, Penser / Classer

En balade au parc du Bois-de-Coulonge, de fidèles informateurs de l’Oreille tendue découvrent, au menu d’un café, l’existence de «Salades “signature”». Étant québecquois, ces informateurs connaissent aussi le célèbre magasin d’ameublement Maurice Tanguay Signature.

Signature : signe de classe, de distinction, de sophistication. Mieux qu’un simple nom : une griffe, une marque, un label.

Aussi bien en français qu’en anglais, le mot est courant dans le commerce d’alcool (SAQ Signature, «produits rares et prestigieux»), chez les promoteurs immobiliers (Cité Signature), en ingénierie (à Montréal, le consortium qui construit le nouveau Pont Champlain se nomme Signature sur le Saint-Laurent), pour les banquiers (carte de crédit Visa Signature). Les artistes la recherchent : «Être originale, avoir une signature différente de celle des autres, cela est important pour Ima» (la Presse+, 23 novembre 2016). Le titre de la revue de Bibliothèque et Archives Canada ? Signatures. De quoi la ville de Montréal aurait-elle besoin (semble-t-il) ? D’«une signature supplémentaire» (la Presse+, 3 novembre 2016).

Le phénomène n’est pas nouveau. Georges Perec l’évoquait dès 1980 :

De la mode. La plupart des objets et accessoires de la vie quotidienne sont susceptibles d’être marqués, singularisés et survalorisés par la signature prestigieuse — dite «griffe» — d’un grand couturier.

Les lunettes, pas plus que les stylos, les briquets, les sacs à main, les sacs de voyage, les porte-clés, les chaussures, les gants, les porte-cigarettes, les cravates, les montres-bracelets, les boutons de manchette, etc., n’ont pas échappé à cet habillage de luxe dont la finalité me demeure pourtant obscure (éd. de 1985, p. 147).

Ce qui a changé ? Signature tient lieu de signature.

P.-S. — L’Oreille se réjouit d’avoir des informateurs à l’oreille si bien tendue. Merci à eux.

Référence

Perec, Georges, «Considérations sur les lunettes», dans Pierre Marly (édit.), les Lunettes, Paris, Atelier Hachette / Massin, 1980, p. 5-9; repris dans Penser / Classer, Paris, Hachette, coll. «Textes du XXe siècle», 1985, p. 133-150.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*