Les zeugmes du dimanche matin et de Michel Tremblay

Michel Tremblay, la Diaspora des Desrosiers, 2017, couverture

«Et lorsqu’elle avait quitté son village, la rage au cœur et la valise mal faite, elle ne s’était pas retournée une seule fois sur la route de campagne, toute droite dans son petit manteau de laine rouge et son bonnet de velours noir» (p. 502).

«Les faits. Tels quels. Ça prend une bonne partie de la nuit et le reste de ses forces» (p. 505).

Michel Tremblay, le Passage obligé (2010), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*