Les zeugmes du dimanche matin et de Kevin Lambert

Kevin Lambert, Querelle de Roberval, 2018, couverture

«Les couvreuses se lancent à la tête des jokes grasses et des débris à envoyer dans le container […]» (p. 93).

«Ils ont fait de l’argent et des dépressions, ont eu des promotions, dirigé de grandes entreprises, acheté des condos» (p. 116).

«un bel élan bien ample d’ancien batteur des Loups de Rosemont qui lui fait perdre connaissance et quelques dents» (p. 216).

«ils brûlent maintenant des mêmes flammes qui ont bouffé leurs demeures, des mêmes flammes qui ont engourdi leurs vies et leurs comptes bancaires» (p. 221)

«La bataille d’hier les a sonnés, ils ne savent plus s’ils ont toute leur tête, une grande soif de bière et de justice les assaille, pulse contre leur front, dans les interstices de leur crâne; certains sont soûls et il n’est pas midi» (p. 252).

Kevin Lambert, Querelle de Roberval. Fiction syndicale, Montréal, Héliotrope, 2018, 277 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*