Les zeugmes du dimanche matin et de Rodolphe Girard

Rodolphe Girard, Marie Calumet, éd. de 2020, couverture

«Grande, forte de taille et de buste, elle débordait de santé et de graisse» (p. 48).

«Et elle riait, elle, elle pour qui il venait de se beurrer de merde et de honte» (p. 64).

«La ménagère perdit patience et la tête» (p. 136).

P.-S.—Même l’éditeur, Jean-Philippe Chabot, s’y met : «Rodolphe Girard a faim et un enfant, bientôt deux […]» (p. 252); «ce gamin qui, tenant pour acquis le premier degré du discours, fait tourner le figuré au vinaigre, et la situation à son avantage» (p. 278); «Quelle meilleure explication que l’addition d’un cœur éconduit et d’un “laxatif infaillible” […] ?» (p. 297)

Rodolphe Girard, Marie Calumet. Roman, édition, postface & chronologie par Jean-Philippe Chabot, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 142, 2020 (1904), 305 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*