Le zeugme du dimanche matin et d’Hervé Prudon

Hervé Prudon, Champs-Élysées, 1984, couverture

«Un mariage, un divorce, quelques maîtresses et même maman ne m’avaient rien appris des femmes, sinon qu’elles font l’amour, du yoga, des enfants, des mystères et autres salamalecs.»

Hervé Prudon, Champs-Élysées. Roman, Paris, Mazarine, 1984, 214 p., p. 14.

 

[Complément du 17 octobre 2017]

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte en 1984.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

One thought to “Le zeugme du dimanche matin et d’Hervé Prudon”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*