Le zeugme du dimanche matin et d’Hervé Le Tellier

Hervé Le Tellier, Toutes les familles heureuses, éd. de 2021, couverture

«Nous dinâmes dans un restaurant typique et une tension relative […].»

Hervé Le Tellier, Toutes les familles heureuses, Paris, JC Lattès, 2017, 224 p., p. 86-87. Édition de 2021, p. 74.

(Merci à @sbailly.)

 

[Complément du 27 décembre 2021]

L’Oreille tendue vient, à son tour, de lire ce texte et de s’en délecter. Elle y a repéré d’autres zeugmes : «Les deux hommes ne faisaient pas que partager un prénom et un diplôme […]» (p. 56); «Nous nous quittâmes et je rentrai chez moi, à pied, poussé par la forte pente et un moins fort chagrin […]» (p. 71); «je parcourus toute l’Italie sans le moindre problème ni direction assistée» (p. 98).

Hervé Le Tellier, Toutes les familles heureuses, Paris, JC Lattès, coll. «Le livre de poche», 36181, 2021 (2017), 189 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur/autrice : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*