Du postérieur

«ma grand-mère adorait le mot fessier
presque autant que concubinage»
Michel Tremblay, Bonbons assortis. Récits

«Les deux fesses» est la définition du substantif fessier dans le Petit Robert (édition numérique de 2014), qui le considère «familier». Pour l’adjectif, on lit une définition — «Relatif à la région postérieure du bassin» —, mais deux acceptions — «anatomique» et «familière».

Ce n’est pas directement à ces définitions que pensait un journaliste économique de la Presse+ en intitulant son article du 3 août 2018 «La Caisse décide de jouer fessier».

Cette Caisse est la Caisse de dépôt et de placement du Québec, communément appelée «le bas de laine des Québécois». Qu’a-t-elle dans son jeu ?

Après neuf années de création de richesse et de croissance économique continue, les marchés boursiers à travers la planète — hormis les parquets américains — peinent depuis le début de 2018 à livrer des rendements conséquents. Une réalité qui a amené la Caisse de dépôt à adopter un positionnement défensif dans son allocation d’actifs. En termes sportifs, la Caisse a donc décidé de «jouer fessier».

Dans la mesure du possible, on ne confondra pas jouer fessier (faire preuve de prudence) et jouer aux fesses («avoir des relations sexuelles», Trésor des expressions populaires, p. 147).

P.-S.—Il n’est pas impossible de s’étonner de la présence de pareille expression en manchette.

Références

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Tremblay, Michel, Bonbons assortis. Récits, Montréal, Leméac, coll. «Nomades», 2017 (2002), 152 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*