Les zeugmes du dimanche matin et de Patrick Nicol

Patrick Nicol, les Manifestations, 2019, couverture

«Il aurait fallu que son père parle, qu’il emplisse de sa voix la chambre et la tête de l’enfant» (p. 23).

«Elle est, comme sa mère, veuve et épiscopalienne» (p. 88).

«Il imagine la salle vers laquelle il se dirige, coupée en deux dans un sens par un long comptoir et dans l’autre par une répartition chancelante des pouvoirs» (p. 355).

Patrick Nicol, les Manifestations. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 135, 2019, 442 p.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 9 octobre 2019.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*