Le zeugme du dimanche matin et de Voltaire

Voltaire, Nanine, édition de 1772, page de titre

«Et nos procès, dont l’embarras extrême
Était si triste et si peu fait pour nous,
Sont enterrés, ainsi que mon époux» (v. 6-8, p. 876).

Voltaire, Nanine (1749), dans Théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 241, 1972, vol. I, p. 871-939 et 1442-1449. Textes choisis, établis, présentés et annotés par Jacques Truchet.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*