Les zeugmes du dimanche matin et de Germaine Guèvremont

Germaine Guèvremont, le Survenant, éd. de 1954, couverture

«On eût dit que, sous la main de la bru, non seulement la maison des Beauchemin ne dégageait plus l’ancienne odeur de cèdre et de propreté, mais qu’elle perdait sa vertu chaleureuse» (p. 12).

«Fort, sanguin, engoncé dans sa graisse et dans la satisfaction de sa personne, [Pierrre-Côme Provençal] occupait la moitié du banc» (p. 74).

Germaine Guèvremont, le Survenant. Roman, Paris, Plon, 1954 (1945), 246 p. Suivi d’un «Vocabulaire».

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*