Le zeugme du dimanche matin et d’Alain Farah

Alain Farah, Pourquoi Bologne, 2013, couverture

«Trente ans plus tard, je ne me considère pas en position de juger ma mère moralement, moi qui sous l’eau, avec comme seules ressources un casque de bain technologiquement sophistiqué, ma paranoïa et une histoire tirée par les cheveux.»

Alain Farah, Pourquoi Bologne. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 71, 2013, 206 p., p. 112.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur/autrice : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*