Le zeugme du dimanche matin et d’Annie Ernaux

Annie Ernaux, les Armoires vides, éd. de 2022, couverture

«Ma chambre avec son papier rose à fleurs, son armoire que je trouve encore jolie, est une salle d’attente : au bout de la rue Clopart, dans le centre, s’agitent la vie et les garçons.»

Annie Ernaux, les Armoires vides, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 1600, 2022, 181 p., p. 129. Édition originale : 1974.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp