Géographie urbaine

Il n’y a pas que le Plateau Mont-Royal dans la vie (montréalaise). Il y a aussi Notre-Dame-de-Grâce.

Ce quartier est souvent désigé par les lettres NDG prononcées à l’anglaise : enne-di-dji. C’est plus à l’Ouest, plus anglophone — et nettement plus exotique. La narratrice de Flora Balzano l’a bien vu : «Elle habitait N’Didji — ça m’avait plu. Ça me rappelait mon pays» (p. 97). Ce pays ? L’Algérie.

 

[Complément du 26 septembre 2015]

Il fut un temps où certains prétendaient que «NDG» signifiait «No Damn Good». À l’ère du hipster, on peut se demander s’il ne renvoie pas plutôt à «No Damn Gluten».

 

[Complément du 6 février 2016]

Version illustrée et romanesque (à paraître).

Nathalie Petrowski, Un été à NDG, 2016, couverture

(Merci à @revi_redac.)

 

[Complément du 24 juin 2019]

L’environnement est moins exotique dans le Suzanne Travolta d’Élisabeth Benoit (2019) :

Je suis entré dans à peu près toutes les maisons de la rue Oxford entre Côte-Saint-Antoine et Notre-Dame-de-Grâce, c’était partout pareil, toutes les maisons étaient en ordre. Les gens avaient un peu d’argent, ils avaient tous une femme de ménage, les maisons étaient en ordre, c’était comme ça (p. 74).

 

Références

Balzano, Flora, Soigne ta chute, Montréal, XYZ, coll. «Romanichels», 1991, 120 p.

Benoit, Élisabeth, Suzanne Travolta, Paris, P.O.L, 2019, 251 p.

Petrowski, Nathalie, Un été à No Damn Good, Montréal, Boréal, 2016, 288 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “Géographie urbaine”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*