Ouste !

Les Anglo-saxons ont un acronyme pour cela : Nimby (Not In My Back Yard). Définition de Wikipédia : «désigne une position éthique et politique qui consiste à ne pas tolérer de nuisances dans son environnement proche». L’équivalent québécois est Pas dans ma cour.

Les exemples ne manquent pas.

«Pas de pauvres dans ma cour» (le Devoir, 21 novembre 2002).

«Pas de piste cyclable dans ma cour !» (la Presse, 2 mai 2001).

«Pas dans ma cour, mon gros diesel» (la Presse, 24 octobre 2011, cahier Auto, p. 12).

«Les “trois grands” ne veulent pas de Kyoto dans leur cour» (la Presse, 2 février 2005, p. A4).

Pas dans ma cour existe aussi en plusieurs déclinaisons.

Version abrégée : «Dans la cour du voisin» (le Devoir, 28 janvier 2003).

Version rurale : «Pas dans mon champ !» (la Presse, 20 septembre 2002).

Version hexagonale : «Pas dans mon jardin» (Libération, 26 décembre 2002); «pas de ça chez nous» (Philippe Didion, Notules, no 286, 17 décembre 2006).

Version marine : «Pas dans mon port, le “bateau de la mort” !» (la Presse, 2 novembre 2003).

Version gazonnée : «Pas dans mon parc !» (la Presse, 22 juin 2011, p. A17); «Pas dans mon parc…» (la Presse, 22 septembre 2011, p. A30).

Étrangement, ce type de comportement, qu’on pourrait imaginer motivé par un simple souci environnementaliste, renverrait, chez certains, à une pathologie. Ce serait un «syndrome».

«Le maire invoque le syndrome “pas dans ma cour”» (le Devoir, 15-16 octobre 2011, p. A4).

«Le syndrome NIMBY est manifeste lorsque des populations marginalisées et discriminées sont poussées à émigrer dans d’autres lieux» (Wikipédia, 25 octobre 2011).

On peut même fondre les expressions les unes dans les autres.

«Le syndrome “pas dans mes poches”» (la Presse, 1er avril 2010, p. A7).

Que de créativité pour dire non !

Référence

Didion, Philippe, Notules dominicales de culture domestique, Saint-Cyr sur Loire, publie.net, coll. «Temps réel», 2008, 355 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*