Les mystères de la mémoire

Personne, parmi ceux qui s’intéressent à la représentation du hockey dans la culture, n’est étonné de la place considérable qu’y occupent les grandes vedettes du passé : Maurice Richard, Jean Béliveau, Guy Lafleur.

On s’attend moins, en revanche, à entendre Les Cowboys fringants chanter Bronco Horvath («Salut mon Ron», 2002) ou JP5 évoquer Gino Odjick («Gino Odjick», 2000).

Il y a plus troublant encore : la postérité de Lorne «Gump» Worsley (1929-2007), le gardien de but qui a joué, dans la Ligue nationale de hockey, pour les Rangers de New York, les Canadiens de Montréal et les North Stars du Minnesota. En chiffres : 1,70 mètre, 81 kilos, 931 matches en carrière, dont 211 à Montréal, 4 coupes Stanley (remise à l’équipe championne de la LNH), 2 trophées Georges-Vézina (remis au meilleur gardien de la ligue pendant la saison régulière; les deux fois, Worsley a partagé cet honneur avec un autre gardien, Charlie Hodge, puis Rogatien Vachon), 28/11/69 (il met fin à sa carrière à cause de sa peur de… l’avion).

On le voit apparaître dans une nouvelle de Dave Bidini (2006, p. 62) et dans le premier roman de Victor-Lévy Beaulieu, Mémoires d’outre-tonneau (1968) : «“Les Canadiens sont pourris, c’t’année, dit l’un. Terry Harper est une grosse andouille. Lorne Worsley est une “mitaine percée”. C’est pas comme ça qu’on gagne un championnat de hockey”» (p. 148). Il est dans les pages de l’excellent Des histoires d’hiver, avec des rues, des écoles et du hockey de Marc Robitaille (1987). Il a eu droit à une (auto)biographie, They Call Me Gump (1975). Il a été dessiné par Normand Hudon (1958, p. 170).

Worsley était reconnu pour son sens de l’humour. Mordecai Richler disait qu’il était son gardien de but favori («My all-time favourite hockey goalie», 2003, p. 96) et il aimait son esprit. Du temps où Worsley jouait pour les Rangers de New York et que l’équipe n’allait pas bien, on lui aurait demandé quelle équipe lui donnait le plus de mal; il aurait répondu «Les Rangers».

Quatre chansons rappellent son souvenir. Son surnom se mêle à plusieurs autres dans «Le but» de Loco Locass (2009). «Gump Worsley’s Lament», des Huevos Rancheros (1994), est une pièce instrumentale à laquelle on a mêlé des extraits sonores qui n’ont rien à voir avec le sport. Les Jérolas, en 1960, appellent au retour devant le filet des Rangers de «Worsley / C’est lui c’est un vrai goaler / Le bonhomme qui a du cœur / Des comme lui i en a pas un / Ce petit gars de Verdun». (Ce Verdun-là est québécois, pas français.)

La chanson la plus étonnante est cependant du groupe The Weakerthans. «Elegy for Gump Worsley» (2007) est précisément cela, une élégie («Poème lyrique exprimant une plainte douloureuse, des sentiments mélancoliques», le Petit Robert, édition numérique de 2010). Sur le ton de la lamentation, le gardien est décrit comme un homme ordinaire («He looked more like our fathers»), pas comme un athlète. Il fume et il boit («Tugging jersey around the beergut / “I’m strictly a whishey man”»). La chanson se termine sur la citation la plus connue de Worsley :

He swore he was never afraid of the puck
We believe him
If anyone asks
The inscription should read
«My face was my mask»

Worsley, comme beaucoup de gardiens de son époque, jouait sans masque. Il n’avait pourtant pas peur : «Mon visage était mon masque.»

Pourquoi parler de lui aujourd’hui ? Parce que son nom apparaît dans un album collectif de bande dessinée paru il y a quelques semaines. Richard Suicide et Denis Lord signent, dans le Démon du hockey (2011), «Gump Worsley était un plat régional patagonien» (p. 18-24). Pas une seule allusion à Worsley sous leur plume; son nom dans le titre suffit.

Pas mal pour un joueur dont Jean Béliveau a déjà dit qu’il ressemblait à borne fontaine («a fire-hydrant-shaped goalie named Lorne Worsley», 2005, p. 40).

P.-S. — D’où vient ce surnom de «Gump» ? Selon Wikipédia, sa coupe de cheveux aurait ressemblé à celle d’un personnage de bande dessinée, Andy Gump.

 

[Complément du 14 avril 2012]

Sans oublier ce vers de Bernard Pozier : «la bonhommie de Lorne Worsley» (1991).

Références

Beaulieu, Victor-Lévy, Mémoires d’outre-tonneau, Montréal, Estérel, 1968, 190 p.

Béliveau, Jean, avec Chrys Goyens et Allan Turowetz, Jean Béliveau. My Life in Hockey, Vancouver, Greystone Books, 2005 (1994), xii/312 p. Ill. Foreword by Wayne Gretzky. Introduction by Allan Turowetz.

Bidini, David, «I Am Bobby Wolf», dans The Five Hole Stories, Edmonton, Brindle & Glass, 2006, p. 59-71.

Bruneau, Pierre et Léandre Normand, la Glorieuse Histoire des Canadiens, Montréal, Éditions de l’Homme, 2003, 743 p. Ill. Préface de Jean Béliveau.

Collectif, le Démon du hockey, Montréal, Glénat Québec, 2011, 48 p.

Les Cowboys fringants, «Salut mon Ron», dans Break syndical, 2002, disque audionumérique, étiquette Disques de La Tribu TRICD-7200.

Hudon, Normand, la Tête la première, Québec, Institut littéraire, 1958, 319 p. Ill. Préface de Doris Lussier.

Huevos Rancheros, «Gump Worsley’s Lament», dans Johnny Hanson Presents : Puck Rock Classics Vol. 1, 1994, disque audionumérique, étiquette WRONG-11 Wrong Records; repris sur Dig In, 1995, disque audionumérique, étiquettes MRD-007 Mint Records et LOUDER7 One Louder, et disque 33 tours, étiquette LOUDER7 One Louder (réédition, 2004, disque audionumérique, étiquette Outside Music).

Les Jérolas, «La chanson du hockey», 1960, disque 45 tours, étiquette RCA Victor 57-5491, composition de Jean Lapointe; repris sur le disque collectif Parade des succès volume 1, années 1960, disque 33 tours, étiquette RCA Victor LCP-1037.

JP5, «Gino Odjick», dans Johnny Hanson Presents : Puck Rock Vol. 2, 2000, disque audionumérique, étiquette Sudden Death Records.

Loco Locass, «Le but», 2009.

Pozier, Bernard, «Génétique 2», dans Les poètes chanteront ce but, Trois-Rivières, Écrits des Forges, coll. «Radar», 60, 1991, 84 p., p. 31. Réédition : Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2004, 102 p.

Richler, Mordecai, Dispatches from the Sporting Life, Toronto, Vintage Canada, 2003 (2002), xxii/295 p. Foreword by Noah Richler.

Robitaille, Marc, Des histoires d’hiver, avec des rues, des écoles et du hockey. Récit, Montréal, VLB éditeur, 1987, 142 p. Ill.

The Weakerthans, «Elegy for Gump Worsley», Reunion Tour, 2007, disque audionumérique, 2007, étiquette Epitaph.

Worsley, Gump, with Tim Moriarty, They Call Me Gump, New York, Dodd, Mead, 1975, xii/176 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

8 thoughts on “Les mystères de la mémoire”

  1. De fait c’est pas tant un masque dont il aurait eu besoin mais bien d’un casque pour se protéger des oeufs lancés contre lui. C’eut été plus élégant que de s’abriter sous son filet!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*