Péril en la demeure ?

On s’inquiète périodiquement de la place du français à Montréal. Un article du Devoir du 28 décembre (p. A2) laisse croire qu’il y a peut-être plus d’espoir qu’on ne le dit généralement.

Dans la nuit du 26 au 27, à Pointe-aux-Trembles, à l’extrémité est de l’île, un incendie a endommagé ce que ses utilisateurs appellent «un lieu d’activités socioculturelles où l’on prie aussi». Le journal, plus simplement, parle de «mosquée».

Le président du «centre», Abdelrhaffar Naim, raconte : «Nous avons vu la boucane monter et nous sommes sortis.»

Parler de boucane, au lieu de fumée, dans une mosquée montréalaise : tout n’est peut-être pas perdu. La langue populaire pénètre partout.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Péril en la demeure ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*