Les zeugmes de Raymond Bock et du dimanche matin

Raymond Bock, Atavismes. Histoires, 2011, couverture

«La césure s’était faite d’elle-même : les chercheurs d’or bien portants barricadés dans le pavillon du bas, près de la grande rivière; ceux qui restaient, dans le pavillon du sommet, errant de-ci de-là dans les bois adjacents, attrapant des lièvres et des poissons les jours de chance, la crève et la diarrhée le reste du calendrier» (p. 78).

«Si l’homme repasse comme il l’a promis, ils pourront revenir à la maison et peut-être à la normale» (p. 109).

Raymond Bock, Atavismes. Histoires, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 03, 2011, 230 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*