Les zeugmes du dimanche matin et de Saint-Henri

Daniel Grenier, Malgré tout on rit à Saint-Henri, 2012, couverture«Marion ramassait les restes du souper en me zyeutant par moments et par endroits, jamais vraiment plus haut que mon cou» (p. 118).

«on est sortis de l’aéroport sous le soleil de l’autoroute, en nage, en trombe» (p. 130).

Daniel Grenier, Malgré tout on rit à Saint-Henri. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 07, 2012, 253 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*